Logo ligup avec Logo ligue contre le cancer

Être heureux et en bonne santé !

Posté le 10 mars 2018

Clap Santé

Être heureux, n’est-ce pas ce que chacun souhaite ? C’est une envie bien normale. Et ça tombe bien parce que le bien-être, le bonheur même, tout le monde y a droit !

Bien-être

Clap’santé  n°2 : Être heureux et en bonne santé !


TÉLÉCHARGE LE NUMÉRO

LIS LE NUMÉRO EN LIGNE

Abonne-toi au magazine Clap’santé en téléchargeant le bulletin et en l’envoyant par courrier à : La Ligue contre le Cancer - Service Prévention - 14 rue Corvisart - 75013 Paris ou par email : magazine.clapsante@ligue-cancer.net

 

 

Retrouve ci-dessous des informations complémentaires à ce numéro :

La mécanique du rire

Rire est un réflexe

Quand bien même on le voudrait, on ne peut pas le contrôler. Il nous envahit et bientôt, on rit de tout son être !

Qu’est-ce qui cause cet effet ? Tout commence par quelque chose qui nous amuse : une situation drôle dont on est témoin, une mésaventure sans gravité qui nous arrive, une blague que l’on entend, sans oublier les chatouilles, aïe ! aïe ! aïe !
Notre cerveau va recevoir cette drôle d’information, l’analyser, puis la donner à ses agents très spéciaux : les neurotransmetteurs…

Les neurotransmetteurs sont des substances chimiques libérées par les neurones qui se trouvent dans le cerveau. Ils indiquent à notre corps comment réagir à une situation donnée. On fait les présentations ?

  • ACETYLCHOLINE > Salut ! Je suis le chef des contractions musculaires !
  • DOPAMINE > Bonjour ! Le plaisir et les émotions agréables, c’est moi qui les fais !
  • GABA > Salut ! Tu peux compter sur moi pour bloquer tout mouvement anormal.
  • SEROTONINE > Hey ! De bonne ou de mauvaise humeur ?  C’est moi qui décide…
  • NORADRENALINE > Coucou ! Je veille pour que ton cerveau ne s’endorme pas…

Quand les neurotransmetteurs sont lancés, c’est parti pour un grand moment de rigolade !
Tous les muscles s’y mettent. Ils sont près de 400 à se tordre de rire. Ceux du visage (dont les fameux zygomatiques), du cou et des épaules donnent le top départ. Ils se contractent puis se relâchent à répétition.

Sous l’effet de toutes ces contractions musculaires, la respiration est modifiée. C’est qu’on brasse beaucoup d’air quand on rit, mais pas tout à fait comme d’habitude... L’inspiration est longue, l’expiration encore plus et comme hachée. Le cœur bat plus vite. Notre corps entier est secoué de rire. On gigote, toutes dents dehors, le sourire jusqu’aux oreilles.

Puis le rire s’apaise progressivement. On retrouve son calme. Tous les muscles se relâchent. Le fou rire est passé. On se détend. On est juste bien…

Rire en lisant une bande-dessinée, en regardant une comédie ou en écoutant une émission humoristique à la radio est une bonne manière d’oublier un moment ses problèmes et de garder une attitude positive.
C’est aussi un excellent moyen pour rester maître de soi et de ses émotions. Ne pas se laisser gagner par le stress ou l’angoisse, maintenir une distance de sécurité avec les événements sans en nier la gravité et la réalité, est la meilleure protection contre la baisse de moral et l’envie d’abandonner.


Rire à l’hôpital avec Titi, Doudou et Chocolat

Des « clowns auxiliaires de soins » : c’est ce que sont Titi, Doudou et Chocolat. Ces trois clowns au cœur d’or, de l’association Rire (www.clownhopital.org) ont plus d’un tour de malice dans leur sac et de la bonne humeur à revendre !  À l’hôpital Arnaud de Villeneuve à Montpellier, ils accompagnent et soutiennent les enfants atteints de cancer.
Le comité de l’Hérault, comme de nombreux autres comités de la Ligue contre le Cancer s’associent à des associations comme celle-ci, afin d’apporter du bonheur, du rire  et du bien-être aux enfants hospitalisés.
Grâce à eux, l’attente d’un rendez-vous paraît moins longue. Les soins douloureux ou désagréables sont plus supportables. La chambre stérile devient une bulle où l’on se sent moins seul, où peut même souffler un vent de mieux être. Garder le moral et continuer, autant que possible, à profiter des bons moments de la vie, est un atout cœur sur la voie de la guérison !


Cuisiné, c’est gagné !

Tagliatelles de courgettes et radis

Pour 4 personnes

1 pamplemousse
12 radis roses
2 petites courgettes
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à soupe de vinaigre balsamique
1 cuillère à café de graines de cumin
Sel et poivre
 

Préparation

Rince les courgettes et les radis à l’eau froide. Pèle le pamplemousse et coupe-le en quartiers.
À l’aide d’un épluche-légumes, fais les tagliatelles de courgettes, puis coupe les radis en rondelles. Dépose le tout dans un saladier.
Dans un bol, mélange le vinaigre balsamique, l’huile d’olive, le sel et le poivre. Verse la vinaigrette sur la salade.
Décore les quartiers de pamplemousse et parsème le tout de graines de cumin. Sers immédiatement.
 

Astuce
Utilise uniquement la chair des courgettes pour réaliser les tagliatelles.