Logo ligup avec Logo ligue contre le cancer

Les vaccins, une révolution médicale

Posté le 30 octobre 2019

Article

Ils font partie de nos vies mais les vaccins ne seraient peut-être pas apparus sans un constat. Il y a très très longtemps, les hommes se sont rendus compte que certaines maladies ne s'attrapaient qu'une fois.

 

Bien-être Environnement

En 430 avant J-C, une maladie tue un tiers des habitants dans la ville d'Athènes. Ceux qui ont réussi à guérir sont les seuls à pouvoir s'occuper des patients car les Grecs se sont aperçus que la maladie ne frappait pas deux fois la même personne. Les hommes ont alors une idée : ils vont gratter la peau de ceux qui n'ont pas encore contracté la maladie et les mettre en contact avec ceux qui souffrent. S'ils ne sont pas contaminés, ils seront protégés d'une infection plus sévère. Malin non ? De nombreuses années plus tard, en 1721, la femme de l'ambassadeur d'Angleterre à Constantinople utilise même cette technique, appelée inoculation, pour protéger ses enfants de la variole.

En 1796, Edward Jenner, un médecin de campagne anglais fait une découverte de taille. Il apprend que la vaccine, une maladie développée par les vaches, protège les agriculteurs contaminés d’autres maladies comme la variole. Il va alors prélever le pus d'une agricultrice infectée par la vaccine pour l'injecter à un enfant. C'est de là que vient le terme de vaccination ! Le vaccin contre la variole devient même obligatoire au Royaume-Uni en 1853.

Quand on te parle de vaccins, tu as surement en tête le nom de Louis Pasteur. C'est normal car c'est lui qui a compris, à la fin des années 1870, comment atténuer la puissance des germes pour concevoir des vaccins peu dangereux mais très efficaces. Il a par exemple inventé le vaccin contre la rage en 1885. D'autres utiliseront ses recherches pour mettre au point le vaccin contre la tuberculose en 1821, la diphtérie en 1824, le tétanos et la coqueluche en 1826 ou la grippe en 1944.