Logo ligup avec Logo ligue contre le cancer

Numéro à croquer !

Posté le 10 mars 2018

Clap Santé

Je mange, tu manges, il/elle mange, nous mangeons, tous les jours, pour le plaisir de nos papilles et pour notre bien-être. Aussi importante que l’air ou l’eau, l’alimentation n’en reste pas moins un mystère, que Clap’ santé a décidé de passer à la moulinette…

Alimentation

Clap’santé  n°7 : Numéro à croquer !


TÉLÉCHARGE LE NUMÉRO

LIS LE NUMÉRO EN LIGNE

Abonne-toi au magazine Clap’santé en téléchargeant le bulletin et en l’envoyant par courrier à : La Ligue contre le Cancer - Service Prévention - 14 rue Corvisart - 75013 Paris ou par email : magazine.clapsante@ligue-cancer.net

 

 

Retrouve ci-dessous des informations complémentaires à ce numéro :

Crash test : frais, surgelés ou en conserve les fruits et légumes ?

(complément du « zoom sur l’alimentation » pages 2 et 3)

Frais 1 – 0 Surgelés ? Pas forcément… Quelle que soit leur forme, les légumes ont tout bon ! La preuve avec ce crash test vitaminé.

 

*Ebouillantés : passé à l’eau bouillante ou à la vapeur pour en raffermir la chair et en faciliter l’épluchage.
*Blanchis : Le blanchiment d'aliments est un traitement thermique consistant à exposer le produit à la chaleur, souvent par immersion dans l'eau bouillante ou dans de la vapeur d'eau à 100 °C

 

Clip vidéo « simplifions l’étiquetage alimentaire »

(Complément de l’article « Les goûts et les couleurs » page 4)

Le projet de la future loi de santé (non encore votée) propose un nouvel étiquetage alimentaire basé sur un code couleur. Un peu comme les feux tricolores.
Pour mieux comprendre la démarche proposée, retrouve toute les explications sur la vidéo ci-dessous :

 
La recette du chef Pierre Augé : sablés au chocolat noir & mousse au chocolat blanc

(complément de la page 9 « à détacher »)

Normalement, un chef ne dévoile jamais ses secrets de cuisine. Mais Pierre Augé n’est pas comme les autres. Son deuxième prénom ? Générosité. Son envie : partager sa passion pour la cuisine et son goût pour les bonnes choses. Voici donc en exclusivité SA recette des sablés au chocolat noir et à la mousse au chocolat blanc. Il va falloir être à la hauteur…

Pour les sablés
Ecraser 100 g de sablés natures.
Incorporer 20 g de chocolat noir fondu.
Mélanger et mouler dans des formes sur 1 cm de hauteur.
Laisser prendre au frais 30 min.

Pour la mousse au chocolat blanc
Monter 400 g de crème liquide en chantilly.
Incorporer 150 g de chocolat blanc fondu.
Mélanger à l'aide d'une spatule et mettre dans une poche à douille.
Dresser directement sur les sablés.

Décorer les sablés chapeautés de mousse avec quelques dragées au chocolat. A déguster sans plus attendre et SANS modération !

 

Tout sur le cancer : le dépistage

(complément de l’article « découvrir la Ligue » page 13)

À quoi sert le dépistage ?

Le dépistage est un examen visant à repérer un cancer avant même son apparition. Plus tôt il est détecté, plus vite on peut réagir, avec des traitements moins lourds et des chances de guérison plus grandes.

Qui est concerné, et quand ?

A partir d’un certain âge, les risques de développer certains types de cancers augmentent. Si le dépistage n’est pas obligatoire, il est vivement recommandé d’effectuer des tests réguliers. En effet, dépister, c’est anticiper le risque pour pouvoir l’éliminer avant qu’il ne devienne un problème. Ça vaut la peine de faire le test, non ?
Parles-en aux personnes qui te sont proches :

  • Les femmes de 50 à 74 ans. Il leur est recommandé de réaliser une mammographie, tous les deux ans, pour dépister le cancer du sein. Elle s’effectue chez un radiologue, qui procède d’abord à une palpation des seins pour vérifier qu’il n’y ait aucune anomalie au toucher. Il réalise ensuite une ou deux radiographies de chaque sein.
  • Les femmes de 25 à 65 ans. Il leur est recommandé de réaliser un frottis cervico-utérin,  annuellement pour les deux premiers, puis tous les trois ans, pour dépister le cancer du col de l’utérus. Indolore et ne prenant que quelques minutes, il peut être réalisé par un médecin généraliste, une sage-femme ou un gynécologue. Des cellules sont prélevées sur le col de l’utérus afin d’être analysées.
  • Les femmes et les hommes de 50 à 74 ans. Il leur est recommandé de réaliser, tous les deux ans, un test qui recherche du sang dans les selles pour dépister le cancer colorectal. En cas de présence de sang, il doit être pratiqué une coloscopie. Réalisée sous anesthésie générale par un gastro-entérologue, elle permet d’examiner l’intérieur de l’intestin.

 

Dessins gagnants du concours « l’arbre de la solidarité »

Merci à tous pour vos participations à notre dernier concours, « L’arbre de la solidarité ». Comme promis, voici les dessins des gagnants. On compte sur vous pour que ce bel élan de solidarité qui s’est emparé de la planète Clap'santé ne s’arrête jamais !

Gagnant Numéro 1 : Elise

Gagnant Numéro 2 : Raphaël

Gagnant Numéro 3 : Albane

Gagnant Numéro 4 : Sarah

 

Interview de Pierre Augé : la suite !

Comment êtes-vous venu à la cuisine ?
Mes parents étaient là-dedans. J’ai commencé à 14 ans, en salle. Ce qui me plaisait, c’était l’esprit de travail, la bonne humeur, le fait de rencontrer des gens. Puis je suis passé côté cuisine et c’est devenu ma passion. J’ai la chance d’aimer ce que je fais.

Quel est votre souvenir le plus fort ?
J’en ai deux. Le premier : on a fait une tournée au cours de laquelle on allait cuisiner chez des gens. On est arrivés dans une famille recomposée, la belle-mère et la belle-fille ne s’entendaient pas. A la fin, elles sont tombées dans les bras l’une de l’autre. Le second, c’est une petite fille anorexique qui est venue à nos cours avec les enfants. Au bout du 3e ou 4e, elle a recommencé à manger.

Quelle est votre conception de l’alimentation ?
L’alimentation a énormément changé. On essaie de revenir à des choses saines et sensées. Il y a eu une prise de conscience. On n’est pas obligé de mettre beaucoup d’argent pour bien manger. Ce qu’il faut, c’est essayer de comprendre pour bien choisir, suivre les saisons. On ne devrait pas manger de fraises et de tomates en hiver, on ne devrait même pas en trouver sur les étalages ! Par contre, on pourrait manger du panais ou du topinambour. En chips, en purée ou simplement sautés, c’est délicieux ! Ca a un goût de céleri et de carotte. Mais on est guidés par ce que l’on voit et par nos envies, alors qu’il faudrait savoir choisir et goûter.

Que pensez-vous des phénomènes qui se succèdent comme les régimes, les modes alimentaires (végétarien, sans gluten, light, etc.), de ces légendes urbaines qui dictent de nouveaux cultes comme le thigh gap dernièrement? Accorde-t-on trop d’importance à notre image corporelle ?
Les régimes, certains en ont vraiment besoin. Suivi par un professionnel, en faisant plus attention et en pratiquant une activité physique, ça peut marcher, en continuant à manger normalement. Mais je ne crois pas à ceux qui sont trop bruts. On perd 30 kilos, mais après, il faut s’y tenir ! Le problème, c’est surtout qu’on ne sait pas manger. On mange trop ou pas assez, pas au bon moment et sans prendre le temps. On ne devrait pas se forcer, mais apprendre à se réguler, sans oublier de se faire plaisir. Les abus, c’est important aussi !

On recommande de manger cinq fruits et légumes par jour, vous y êtes ?
Ah non, je ne suis pas bon ! Dans notre travail, forcément, on goûte tout, du coup on ne fait que grignoter. Mais j’ai quand même faim à la fin de la journée ! Alors je fais de sport, de la boxe, et je cours.


Un grand MERCI à Pierre Augé pour sa contribution à ce numéro à croquer…