Logo ligup avec Logo ligue contre le cancer

Planète en danger, jeunes engagés !

Posté le 11 juin 2019

Clap Santé

Ils sont des milliers à se mobiliser à travers le monde. Les jeunes sont en première ligne des marches pour le climat qui font l'actualité depuis plusieurs mois. Avec eux, pas de frontières ! Tous les humains partagent la même planète et ils ont désormais une envie commune : la protéger pour que les générations futures puissent à leur tour en profiter en restant en bonne santé.

Environnement

 

TÉLÉCHARGE LE NUMÉRO

LIS LE NUMÉRO EN LIGNE

 

Abonne-toi au magazine Clap’santé en téléchargeant le bulletin et en l’envoyant par courrier à : La Ligue contre le Cancer - Service Prévention - 14 rue Corvisart - 75013 Paris ou par email : magazine.clapsante@ligue-cancer.net

 

 

Retrouve des informations complémentaires à ce numéro :

Le mini-dico des mots pour la planète
(Complément de la page 9)

Si tu as lu ton Clap'santé, tu as peut-être buté sur certains mots de la page 9. Voici les définitions qui pourraient t'être utiles pour comprendre les bonnes idées sélectionnées par la rédaction.

● La biodiversité. C'est l'ensemble des espèces animales ou végétales qui vivent sur un territoire. L'homme en fait partie. Quand tu lis que la disparition d'une ou plusieurs espèces pourrait chambouler la biodiversité, cela signifie que notre mode de vie (et peut-être même notre survie) pourrait être impacté !

● La pollinisation. C'est ce qui permet aux végétaux de se reproduire et donc d'offrir des fruits, légumes ou oléagineux essentiels à notre alimentation. Comme la plupart des être vivants, les fleurs se divisent en plantes mâles et femelles. Pour que le pollen mâle rencontre le pistil féminin, il faut qu'il se déplace. Le vent peut le permettre mais bien souvent, il faut des animaux pollinisateurs, comme les abeilles pour le transport. Si elles disparaissent, la reproduction des végétaux est menacée.

● Maître-composteur. C'est un professionnel de la gestion des bio-déchets, ceux qui sont issus des ressources naturelles animales ou végétales. Il sait comment transformer les déchets en ressources et utilise ses connaissances pour aider les habitants à valoriser le contenu de leurs poubelles.

● Une coopérative. C'est un groupement de personnes qui ont décidé que les droits et les devoirs de tous les membres étaient égaux. Quand des gens veulent fonder une entreprise en respectant les valeurs de l'économie sociale et solidaire, ils peuvent opter pour une coopérative. Cette forme d’association et de gestion peut aussi être utilisée par des habitants qui veulent mener à bien des projets communs au niveau de leur quartier ou de leur commune notamment pour réduire leur impact sur l'environnement.

● Une énergie renouvelable. C'est une énergie qui est issue d'une ressource considérée comme inépuisable ou presque. Elle peut par exemple être liée à la chaleur de la terre (géothermie), à la lumière du soleil (solaire), au vent (éolienne) ou à l'attraction de la lune responsable des marées (marée motrice).

● Un parc éolien. C'est une source d'énergie renouvelable basée sur la force du vent. Quand le vent fait tourner les pales de l'éolienne, il entraîne une dynamo comme sur ton vélo, et il produit de l'électricité. On parle de parc car les éoliennes sont généralement installées par lots. En les orientant différemment, les constructeurs s'assurent qu'il y en aura toujours une en mouvement suivant l'endroit d'où vient le vent.

● Une centrale photovoltaïque. C'est une source d'énergie renouvelable basée sur les rayons du soleil. Les panneaux photovoltaïque contiennent du silicium. Quand ce matériau reçoit la lumière du soleil, il libère des électrons, une petite particule de matière qui se transforme en courant électrique.

Une centrale hydraulique. C'est une source d'énergie renouvelable basée sur la force de l'eau. Les centrales peuvent être installées près d'une chute d'eau, d'une écluse, ou dans des fleuves et rivières où le débit est fort. En mer, on installe plutôt des hydroliennes, qui fonctionnent comme des éoliennes sous l'eau ou des usines marémotrices qui fournissent de l'électricité en transformant la force des marées.

Le palmarès des modes de transports
(Complément de la page 11)

Si le jeu de calculs a attisé ta curiosité, voici un classement des principaux moyens de locomotion selon la quantité de CO2 qu'ils émettent par voyageur pour un kilomètre.

* TGV : 13 g CO2/km
* Voiture électrique : 22 g de CO2/km
* TER, Intercités : 43 g de CO2/km
* 2-roues jusque 125 cm3 : 113 g de CO2/km
* Avion longue distance: 118 g de CO2/km
* Moto de plus de 750 cm3 : 123 g de CO2/km
* Voiture diesel : 127 g de CO2/km
* Voiture hybride : 128 g de CO2/km
* Autobus : 130 g de CO2/km
* Voiture essence: 135 g de CO2/km
* Avion, vol domestique : 145 g de CO2/km
* Voiture 4 x 4 : 250 g de CO2/km

Ces différences s’expliquent par :
* Le  nombre de passagers transportés (qui augmente la rentabilité au kilomètre).
* Le nombre d’arrêts effectués selon le type de transport utilisé (qui augmente la consommation du fait des accélérations, ralentissements etc.).

Attention, ces chiffres sont indicatifs. Ils peuvent varier en fonction de la distance parcourue, des styles de conduite ou des modèles de voitures, trains ou avions qui peuvent transporter des passagers.

Le taux de CO2 comparé dans cet article, est un indicateur à prendre en compte pour mesurer l’impact sur le réchauffement climatique. Mais d’autres éléments peuvent aussi être pris en compte, en particulier d’autres polluants qui changeraient le classement entre voitures Diesel et essence.

 

Les bonnes résolutions d’Eléa
(Complément de la page 16)