Logo ligup avec Logo ligue contre le cancer

Le cancer expliqué aux enfants - HORS-SÉRIE

Posté le 1 mars 2018

Clap Santé

On parle beaucoup du cancer. Mais qui connaît vraiment cette maladie ? Entre idées reçues, découvertes incessantes et questions que l'on n'ose pas poser, il y en a des choses à raconter !

Activité physique Addiction Alimentation Bien-être Environnement Soleil

TÉLÉCHARGE LE NUMÉRO

LIS LE NUMÉRO EN LIGNE

Abonne-toi au magazine Clap’santé en téléchargeant le bulletin et en l’envoyant par courrier à : La Ligue contre le Cancer - Service Prévention - 14 rue Corvisart - 75013 Paris ou par email : magazine.clapsante@ligue-cancer.net

 

La baleine boréale, seul animal épargné par le cancer ?

(Complément de la page 10)

Comme tu as pu le lire dans Clap'santé, les scientifiques ont longtemps cru que le rat-taupe  nu était épargné par le cancer. Leurs espoirs sont tombés à l'eau après deux cas de maladie aux Etats-Unis. Leur attention se porte désormais sur la baleine boréale.

Elle mesure jusqu'à 20 m de long, frôle les 100 tonnes et se reconnaît grâce à sa bouche en forme d'arc et sa tâche blanche sur le menton. La baleine boréale est un peu moins connue que les autres car elle vit dans les eaux très froides de l'Arctique, près du pôle Nord, et ne migre pas. Depuis quelques années, les scientifiques s'intéressent de près à cette espèce. La raison ? Les baleines boréales peuvent vivre jusqu'à 230 ans et ne semble jamais malades.

Des chercheurs coréens, anglais, danois et américains ont donc décidé de travailler ensemble pour séquencer son génome, cette espèce de disque dur qui régit le fonctionnement du corps de chaque être vivant. Leur mission : trouver dans ce génome les mécanismes qui permettent à un des plus gros mammifères du monde de rester en bonne santé, alors que son organisme abrite 1000 fois plus de cellules que le nôtre (et donc autant de probabilités qu'une cellule se mette à dysfonctionner). Selon les premiers résultats, publiés en 2015, les baleines boréales auraient des gênes jusqu'à présent inconnus qui pourraient les rendre résistantes aux cancers.

Pour les scientifiques, il s'agit d'une bonne nouvelle. S'ils parviennent, grâce à des recherches complémentaires, à percer le secret de ces gênes, ils pourraient s'en inspirer pour mettre au point de nouveaux traitements pour les humains. Pour leur permettre de travailler, encore faut-il protéger la baleine boréale, car elle est menacée d'extinction ! D'après les scientifiques, il n'en resterait que 10 000 spécimens sur la Terre.

Les émotions face au cancer… en dessin !

(Complément de la page 14)


Un peu de vocabulaire en lien avec le cancer

(Complément des pages 15 à 17)

Tu as pu découvrir le journal intime de Sophie dans le hors-série cancer de Clap'santé. Dans son récit (mais aussi ailleurs dans le magazine), quelques mots inconnus ont pu retenir ton attention. Voici leurs significations.

Les professionnels de la santé

Un/e gynécologue
Médecin spécialisé(e) dans l'étude du corps des femmes et de leur appareil reproducteur. A partir de l'adolescence, il est recommandé aux jeunes filles de le consulter une fois par an.

Un/e oncologue
Médecin spécialisé(e)  dans l'étude des tumeurs, en particulier les tumeurs malignes également appelées cancers.

Un/e radiologue
Médecin spécialisé(e)  dans l'utilisation des rayons X pour dépister ou soigner certaines maladies comme le cancer.

Un/e psychologue
Médecin spécialisé(e)  dans l'étude de l'activité mentale et des comportements qui y sont associés. Une personne atteinte d'un cancer trouvera, chez un psychologue, une oreille attentive pour parler de ses peurs et ses doutes face à la maladie. Ce professionnel pourra également être de bons conseils si les relations familiales ou amicales de la personne malade ont été bouleversées par l'annonce de la maladie.

Un/e socio-esthéticien(ne)
Ce professionnel de l'esthétique a fait le choix de se spécialiser dans le soin aux personnes malades ou fragilisées. Il peut notamment accompagner les personnes atteintes d'un cancer pour les aider à mieux vivre leurs traitements médicaux, en les aidants à choisir une perruque par exemple.

Les termes médicaux

Le dépistage
C'est la recherche d'une ou plusieurs maladies ou anomalies dites « à risques » chez les individus d'une population donnée. A partir de 50 ans, les femmes sont invitées à se faire dépister le cancer du sein tous les deux ans minimum, en passant une mammographie (radiographie des seins). En France, ce dépistage est offert par l'assurance maladie pour inciter le plus de femmes à le réaliser.

Un pronostic
Les professionnels de santé n'ont pas de dons pour prédire l'avenir, mais grâce à leurs connaissances, ils ont quelques indices sur l'évolution future d'une maladie. C'est le pronostic. S'ils ne sont pas fiables à 200 %, les pronostics sont très utiles pour adapter les traitements à chaque patient.

Une RCP ou Réunion de concertation pluridisciplinaire
Cette appellation un peu obscure désigne la réunion qui a lieu entre plusieurs médecins une fois le diagnostic de cancer établi pour un malade. Cette réunion regroupe au moins trois professionnels de spécialités différentes (un oncologue, un gynécologue et un chirurgien par exemple). Le médecin traitant du patient peut également y participer.  Ensemble, ils discutent des risques encourus, des traitements et des éventuelles opérations afin de prendre collectivement la meilleure décision pour la santé du malade.

Un temps partiel thérapeutique
Après un arrêt de travail pour maladie, un salarié peut, sur avis de ses médecins, reprendre le travail petit à petit. Contrairement à ce que peut laisser penser le terme, un salarié en mi-temps thérapeutique ne travaille pas obligatoirement la moitié du temps. Son emploi du temps peut varier selon sa santé et l'accord trouvé avec son employeur.

Une rechute
On parle de rechute ou récidive lorsque les symptômes provoqués par le cancer réapparaissent chez un patient après une période d'amélioration de la maladie.